Interview Auteur : Gaelle

Biographie :



Je suis une ancienne prof de français langue étrangère et anglais, devenue journaliste pour un site web.

Ma nouvelle « Lucy » est parue récemment dans l’anthologie « Naissance » de Cyngen Editions (disponible depuis le 13 juillet 2013 sur Lune Ecarlate)

« La Malédiction d’Okango », une novella, a été publiée dans l’ebook « Histoires de bêtes féroces », aux , en janvier 2013 Editions de l’Imaginarius, suivie par « Ted Vaspel », publiée en avril 2013 dans le recueil « Histoires de vampires ».

Je suis la créatrice et la rédactrice en chef bénévole du webzine littéraire franco-québécois « L’IMAGINARIUS », dédié notamment à la littérature et à la BD fantastiques et la responsable d’édition des Editions de L’Imaginarius (édition numérique), qui publient gratuitement des recueils numériques destinés à mettre en avant de jeunes auteurs talentueux et encore inconnus du grand public.
LIEN et LIEN

J’ai aussi le plaisir d’être l’un des 7 membres du collectif d’auteurs franco-québécois Les Fossoyeurs de Rêves, fondé avec des amis auteurs, tous aussi talentueux et sympas les uns que les autres !


L’Interview




Bonjour Gaëlle, premièrement merci d’avoir accepté de répondre à quelques petites questions.




Parle-nous un peu de toi, qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?





J’écris depuis de très nombreuses années. Aussi loin que je me souvienne, déjà à l’école primaire, j’écrivais des petites histoires et des pièces de théâtre. Rien de très sérieux, bien entendu, plutôt des choses comiques d’ailleurs, mais mon envie d’écrire était déjà là.
Vers 11/12 ans, ma passion pour la littérature et le cinéma fantastique/SF/Horreur s’est révélée, avec la découverte de Stephen King, Asimov, Orwell et de films comme Alien, Fog, Les Griffes de la nuit ou Shinning, qui ont changé mon type d’écriture. Je me suis alors prise de passion pour ce monde un peu plus sombre où je puise depuis toute mon inspiration.
Déjà au collège, je sautais de joie les jours de rédaction. J’avais un professeur de français formidable, madame Baggio, qui m’a toujours encouragée à poursuivre sur la voie des littératures de l’imaginaire et je lui dois de m’avoir donné confiance en mes écrits. Ma mère m’a elle aussi toujours soutenue et elle est ma première fan ! C’est d’ailleurs elle qui m’a fait lire mon premier roman de S. King et m’a transmis sa passion pour les films d’horreur et de SF.
Je ne saurais pas expliquer d’où me vient cette envie d’écrire, j’ai l’impression qu’elle a toujours été là et fait partie de moi.






Où trouves-tu tes idées ?





Certaines viennent d’influences cinématographiques ou littéraires, mais la plupart du temps, leur origine demeure un vrai mystère pour moi ! Les idées surgissent comme ça, sans que je ne cherche vraiment à les faire venir à moi. J’ai la chance d’avoir une imagination assez fertile et de faire des rêves bien structurés, qui sont d’ailleurs à l’origine de plusieurs de mes nouvelles et romans écrits ou en cours d’écriture.
Parfois, un simple mot, une chanson font défiler toute une histoire dans mon esprit sans que je ne sache d’où elle vient. Je suis d’ailleurs fascinée par les mystères du processus créatif !
Pour trouver des idées, j’utilise également une méthode assez originale ; je prends un vieux dictionnaire anglais-français (celui que j’utilisais à la fac !) et je l’ouvre au hasard pour trouver 10 mots que je note, puis, je me mets au défi de les inclure dans une histoire.






Comme Lucy a vu le jour ?





C’est d’ailleurs en utilisant la « méthode du dictionnaire » que j’ai imaginé Lucy (grâce notamment aux mots vaccin, zombies, pape, Lucifer et Québec !) !
J’avais eu connaissance de l’AT Naissance de Cyngen Edition par un ami auteur (John Steelwood, lui aussi membre du collectif d’auteurs Les Fossoyeurs de Rêves), mais je n’étais pas très inspirée par le sujet. Je ne voyais pas du tout comment l’aborder de manière originale en l’incluant dans un thème d’anticipation ou de science-fiction. Plusieurs mois ont passe et je me suis intéressée à nouveau à ce thème, qui me plaisait malgré tout beaucoup pour son originalité. Dès le départ, j’ai songé à raconter l’histoire depuis le point de vue de la petite Lucy, mais je cherchais une trame solide. Grâce aux mots trouvés au hasard dans mon bon vieux « Harrap’s », j’ai réfléchi à tout cela durant une soirée et soudain, l’histoire s’est mise à défiler toute seule dans mon esprit. J’ai couru vers mon ordinateur et j’ai tout écrit d’un trait en quelques heures. L’histoire m’obsédait, il fallait que je la fasse sortir sans tarder ! Je l’ai écrite comme un robot, sans faire de pause. En la relisant, je me suis même dit : « Tiens, j’ai vraiment écrit ça ? C’est pas si mal !!».






Je ne pourrais pas te demander quel est le personnage, qui t’est le plus proche, mais as-tu une certaine affinité pour Lucy ?





Sans en dire trop sur l’histoire, lorsque l’on sait ce que va devenir Lucy, il est difficile de l’aimer… Et pourtant, j’avoue avoir de l’affection pour elle ! A ce stade de sa vie, elle est encore un bébé innocent et comment ne pas aimer un bébé !






Comme tu fais partie de la sélection « Anticipation » aimes-tu ce genre de lecture ?





Cela peut paraître surprenant, mais ce n’est pas un genre que je lis ou dans lequel j’écris habituellement. Je suis plutôt attirée par la science-fiction, l’horreur et le fantastique, même si je fais souvent quelques infidélités à ces genres !






Parle-nous un peu de tes futurs projets sans trop nous en dévoiler bien sûr.





Un recueil de nouvelles et un roman sont en cours de publication chez deux éditeurs différents, mais à ce stade, je ne peux pas encore en parler !

Je suis actuellement en train de plancher sur un roman fantastique assez original ayant pour héros un auteur raté sosie de Jack Nicholson et un vieil horloger. En parallèle, je termine un recueil de 5 nouvelles alternant horreur et humour noir et qui ont toutes pour point commun d’avoir un/des auteur(s) en guise de héros.

J’ai également 5 autres projets de romans en tête, 2 de recueils de nouvelles et 2 projets de compilations de scénarios… Je serai donc bien occupée pour les 2 prochaines années au moins






Dans quel genre d’ambiance aimes-tu écrire, dans le calme, dans la musique ou autre ?





J’aime écrire la nuit, de préférence avec de la musique en fond sonore. J’aime bien travailler quand je suis seule ou que tout le monde autour de moi est endormi, parce que dès que je suis interrompue, ne serait-ce qu’une minute, je me déconcentre totalement !








Pour boucler notre interview des petites questions générales :






Si tu devais conseiller une personne qui voudrait se lancer dans l’écriture, ça serait quoi ?





Tout d’abord, je lui dirais que le monde littéraire n’est pas si facile d’accès, même si l’on a du talent. Je lui recommanderais tout d’abord de se tisser un réseau d’amis auteurs (par les réseaux sociaux, en fréquentant des cafés littéraires, des salons ou festivals littéraires…), puis, de participer à des AT pour se faire remarquer.

Ensuite, je lui préciserais que si elle désire devenir auteur pour gagner de l’argent, elle fait fausse route ! Rare sont ceux qui peuvent vivre de leur plume et il faut voir cette activité davantage comme une passion que comme un métier à part entière.

En outre, mon dernier conseil serait de ne jamais baisser les bras si on est convaincu de son talent ! Certes, la concurrence est forte, mais un auteur talentueux et créatif finira toujours par se faire remarquer !






Mise à part l’écriture quelles sont tes autres passions ?





La cuisine est mon autre hobby. J’ai d’ailleurs gagné un concours culinaire avec une recette de gâteau, il y a quelques années ! J’ai remarqué que beaucoup d’auteurs et même d’éditeurs ont une passion pour la cuisine (Agatha Christie, Frédéric Dard…). Je ne sais pas pourquoi, mais il semblerait que la passion pour les mots et les mets soit souvent liée !

J’adore aussi voyager, découvrir de nouvelles cultures… J’ai une vraie passion pour le Canada et notamment le Québec où je me suis rendue à de très nombreuses reprises, mais j’aime également la Grande-Bretagne.






Lis-tu aussi ? Si oui, quel genre de livre aimes-tu ?





Je lis moins qu’avant, malheureusement, par manque de temps. La journée, je travaille et le soir, j’écris. Je lis beaucoup plus quand je pars en voyage ! Ma dernière lecture d’avion, toute récente, est « La prophétie des Andes » de James Redfield.

Globalement, j’aime les genres horreur/science-fiction/fantastique, comme je le disais précédemment. Je suis une fan de Stephen King, mais davantage de ses romans les plus anciens (Simetierre, Cujo, Carrie). J’adore Paolo Coelho, Lewis Caroll, George Orwell et Isaac Asimov.
L’un de mes petits plaisirs est aussi de lire les romans ou nouvelles de mes amis auteurs, membres du collectif Les Fossoyeurs de Rêves : Romain Billot, John Steelwood, Sabine Chantraine-Cachart, Sylvain Johnson, Guillaume Lemaître et Pierre Brulhet. Ils ont tous un talent fou et ont des univers littéraires riches et angoissants dans lesquels j’adore me plonger.






Nous avons fait le tour donc je te remercie encore de ta participation et à bientôt pour la suite de tes aventures.




Vous pouvez trouver Gaëlle aux liens suivants :
 



Site de l’auteur

Le site des Editions de L’Imaginarius

Webzine L’Imaginarius

Le site du collectif d’auteurs « Les Fossoyeurs de Rêves », auquel elle appartient.

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 reflexions sur “Interview Auteur : Gaelle

  1. sabine

    Génial! Bravo pour cette interview. Tu es une écrivaine (oui le terme existe)de talent et je te souhaite le meilleur pour l'avenir!!!!!!!!!
    Bises

  2. Anonyme

    Interview très intéresssant,j ai envie de découvrir cette auteur 🙂
    J ai bien tout noter ^^
    Laetitia cardon

  3. Gaëlle Dupille

    Merci Sabine, c'est trop gentil, tu es un Amour !!!! Je te retourne le compliment ! Bisous !

    Mesdemoiselles, merci à toutes pour votre intérêt et merci à Cynthia pour ses questions. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *