Calendrier de l’Avent : Jours 3

L’ouverture de la première case du calendrier vient d’être ouverte.
Avant de connaitre le ou les gagnants du jour, voici l’un de nos partenaires. Merci d’aller faire un tour sur leur site ou aimer leur page Facebook si ce n’est déjà fait.

Ghislain Fernandez

Je suis le fruit de l’amour de Madame Prior Suzanne et Jean Fernandez, résident alors en région Provence Alpe Côte d’Azur. Je pousse mon premier cri à la clinique de l’Espérance de Hyères les Palmiers le 19 janvier 1972. À croire que le destin me réserve déjà de cultiver l’espérance. Je grandis sans histoire et me fais des amis à la cité du val des Rougières, perchée sur les vallons de la ville aux mille palmiers. Je dévale les pentes abruptes avec des planches à roulettes bricolées, et manque d’y laisser la vie en passant sous une voiture qui eut pour effet de m’enlever le vernis sur le front. Une maltraitance en maternelle marque, je pense à jamais, mon esprit, tandis que je supporte un isolement d’un mois en centre hospitalier pour me remettre de cette tragédie. Avant mes six ans, mes parents aspirent à devenir propriétaire et fuient la cité pour s’installer à La Londe Les Maures (Var). Commence alors la récolte de ce qui sera plus tard une mine d’or d’informations, que mon esprit tourmenté refaçonne à sa manière. Je suis assez solitaire, et les drames qui se succèdent dans mon cercle familial font que d’une certaine façon, je me nourris d’évènements macabres. Manquant de me noyer dans les rochers au Salin de Hyères, de me rompre le cou en Dordogne, lorsque je tombe de plusieurs mètres la tête la première…
Sur les bancs d’école, entre les cours qui m’ennuient, une amie me supplie de lui raconter des histoires, et celles qui font sensation, sont celles qui créent la peur. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien, j’excellais dans ce domaine. Stephen King à côté n’était qu’une mise en bouche. Pourtant, contre toute attente, je reprends goût et oriente mon imaginaire vers la Fantasy, grâce à une maîtresse d’école qui me fait découvrir un roman fantastique. Mes premières lignes naissent en Cm1 et je délaisse en peu plus l’école. Le temps passe vite, et je consacre de plus en plus de temps à la discipline des arts martiaux et couche des lignes en cachette pour m’évader un peu plus du cocon familial, que ma mère tente de me faire vivre avec douceur.
Nouveau déménagement et nouvelle vie. Je n’attends plus que d’être majeur et décide tandis que je suis une orientation de comptabilité, de mettre fin à mes études pour m’engager au vingt-quatrième Régiments d’Infanterie de Marine, à Perpignan. La discipline me convient et mes classes mettent en évidence ma capacité à me fondre dans la masse et déloge des compétences que j’ignorai en moi. Mes notes et mes appréciations sont bonnes. J’ai la possibilité de poursuivre mon service militaire en Nouvelle Calédonie. Je refuse des places en or, pour me retrouver dans un groupe de grenadier voltigeur. Mon chef de section profite de ma maîtrise dans les arts martiaux pour former les nouveaux arrivants. Je passe un tronc commun militaire, suis durant neuf mois l’école des sous-officiers et réintègre la section de combat où j’exerce le reste de mon service. Avec trente hommes sous mon commandement, nous sillonnons la végétation Calédonienne et j’emmagasine un flux incessant de mésaventures. Je me souviens de l’une d’elle, allongé dans mon hamac militaire accroché entre deux arbres, sous la moustiquaire intégrée. J’étais éveillé et remplissait mon journal de bord, après la journée en campagne que j’avais vécu avec mes hommes. Une masse sombre faisait un barrouf du tonnerre, et les soldats endormis ne semblaient pas l’entendre. Seul Taolo de garde à cette heure me regarda sans bouger à une dizaine de mètre de ma position. La chose se découvrit sans timidité, elle s’avança vers moi, ou plutôt sous mon hamac perché haut. C’était un sanglier, vue la taille, un mal. Il gratta la terre puis passa sous moi pour fondre dans l’obscurité. Mon cœur cognait dur, et cette vision ou du moins la frayeur qui l’accompagnait ne me quitte toujours pas. À cet instant, j’avais eu le sentiment de vivre l’un de mes cauchemars et de savoir que l’on ne peut fuir en se réveillant, m’a fait prendre conscience que je n’étais pas seul au monde, que la vie doit être embrassée avidement.
Puis vint le moment de quitter cet univers carré et protecteur « finalement », pour affronter la métropole, plus dangereuse, et plus traitre. Je rencontre mon âme sœur, et part sur les routes dans le monde fascinant des fêtes foraines. Découvrant des personnes, passionnées par leur travail, extrêmement attachantes. Hyères, Firminy, Montluçon, Monaco… Puis, bientôt papa, je retourne sur Hyères les palmiers, pendant cinq ans, avant qu’un accident dans l’exercice de mes fonctions, ne me pousse à une reconversion au centre de Toulouse pour y suivre une formation orthopédique durant deux années. Dès janvier 2000, à peine diplômé, je pars vivre en Bretagne grâce à un patron unique, attachant, et qui d’ailleurs se retrouvera dans ma tétralogie.
Vivant sur Beg-Meil, puis sur Fouesnant, je m’installe finalement en 2003 dans le beau pays Bigouden.
Je mets mon imagination à nue, et retiens le pur-sang des ténèbres dans sa cage. Je ne veux pas écrire des horreurs, juste faire vivre des aventures envoûtantes, à la limite entre l’émerveillement et le sentiment de crainte qui a fait partie de ma vie depuis toujours. Je ne crois qu’à la sincérité sans être naïf, et veux me conduire dans une morale d’honnêteté.

Les lots du jour

Pistolet et talons hauts de Sylvie G.
Offert par les éditions Sharon Kena
Version ebook
A l’aube des temps nouveaux tome 1 de Ghislain Fernandez
et son MP de collection
Offert à 80% par l’auteur et les éditions Fantasy Park
Version papier dédicacé


Gagnant du jour

Toute la lecture de sév
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *